L' interview décalé du site Djette.com

We are alone in all the universe !

 

Essential questions:

 

Female Dj you want to be?

I’m already, the Female Dj that I want to be

 

Male Dj you want to be?

I don’t want to be a boy… men are stupids :)

 

What would you be willing to do, to be the number 1 DJ in the world?

Being the best!

 

You prefer, be born rich and die poor, or be born poor and die rich?

We become rich from our experiences

 

Your last moment of madness?

One night in Sardinia, I swam all dressed, in evening dress, and I was singing « Skyfall »

 

Which quote do you prefer? 

«  Life is short, so enjoy it to the fullest » or « Never the first night »

Life is short, so enjoy it to the fullest. But I prefer « Let our light shine »

 

Which is the book that you haven’t read yet?

So many … if I had more free time …

 

What is the question that nobody asked you?

The question which you just asked me

 

Existential questions

( You must say the opposite of what you think )

 

Do you believe that aliens exist?

No, I think we are alone in all the universe

 

Your last scar, is she physical or moral?

Moral

 

Be honest, you are DJ, but in fact, you wanted to do actress?

No, sincerely, I wanted to be secretary

 

Last word

( and finally, you must continue the sentence )

 

The day when I will be rich ...

The day when I will be rich, I will go where the life is beautiful

Je remercie mon amie Myriam Bricka qui m' offre la possibilté de me raconter dans cet interview.

REGARD SUR ...

DITA.B, la Djette qui chante et qui fait toute la différence dans cette nouvelle tendance du moment !

 

Les platines ne sont désormais plus qu'une affaire d'hommes. Les femmes sont Djettes à leur tour et semblent être de plus en plus nombreuses à s'essayer à ce nouveau genre. Mais ce qui fait toute la différence avec Dita.B, c'est le vocal. Une Djette qui chante, ça ne court pas les rues. Comédienne et photographe de formation, c'est la musique et notamment le chant qui a pris le dessus et au fil du temps s'est avéré être bien plus qu'une passion mais un job à plein temps. Multipliant les expériences de la compagnie des Farfadais ou encore égérie vocale pour la marque Boucheron, Barbara de son vrai nom, a senti le besoin d'évoluer dans son art et a fait naître le personnage de Dita.B. Devenue incontournable des soirées mondaines, son univers Electro/Lounge gagnera certainement du terrain et fera très prochainement frémir nos oreilles.

 

 

 

 

Comment as-tu choisi ton pseudonyme  Dita.B ?
J‘ ai crée ce pseudonyme, il y a douze ans et Dita Von Tees n‘ y est pour rien. C' est plutôt un hommage au titre «Erotica» et au personnage de Dita Farlo dont Madonna c' est inspiré pour la narration de ce morceau (My name is Dita, i'll be your mistress tonight). Le B lui, veut dire Beaudelaire. Je cherchais un pseudonyme sexy pour signer mes poèmes érotiques.Oui, j' ai eue une carrière de poétesse très courte mais suffisamment longue pour séduire celui que m' a épousé depuis. Dita.B est née et c'est tout naturellement que j‘ ai utilisé ce nom lorsque je suis devenue DJ. 

Est-ce que nous pouvons lire tes poèmes érotiques quelque part (rires) ?
Je ne sais même plus où ils sont (rires). Ils doivent être cachés dans des boites à secrets. Même si je les retrouvais, je les garderais pour moi. C‘ est intime quand même (rires).

Tu es une artiste très diversifiée. Tu chantes, tu es Djette, tu peints et tu écris. Comment te qualifier ?
Je suis une artiste tout simplement. Je me passionne dans beaucoup de discipline et j‘ essais d‘ utiliser tous les outils mis à ma disposition pour découvrir et exprimer qui je suis. C'est un exercice sans fin et je me trouve très chanceuse d‘ avoir la liberté et le temps de m‘essayer à de nouvelles expériences. On dit souvent que la vie est très courte. Moi je dis que la vie est suffisamment longue pour continuer à apprendre et créer.

Quelles sont toutes tes passions ?
Ma passion et ma profession depuis plus de 17 ans c'est la musique. Mais j'ai fait des études dans la photographie, plus précisément dans la retouche photographique et je me suis formée à la comédie, j'ai étudié 3 ans à la FACE (The French-American Fund for Contemporary Theater) mais ce n'est pas une activité qui a pris le dessus même si c'était un rêve de petite fille.
 
Comment as-tu bifurqué dans le monde de la musique ?

Je chante depuis toute petite. Au lieu de faire mes devoirs, je chantais dans ma chambre. Mon rêve à moi, c'était d'être sur scène, c'était d'être Madonna. Naturellement, j'ai cherché à chanter en public et à 19 ans, j'ai trouvé un premier job dans un restaurant qui s'appelait le Hollywood Savoy. Le principe était de servir les gens et de chanter en même temps une fois le service terminé. C'était une très grosse expérience pour un début car j' avais la chance de jouer avec plus d'une dizaine de groupes de musiciens différents chaque mois en live. Par la suite, j'ai travaillé à Disneyland Paris et j'ai obtenu mon statut d'intermittente du spectacle. C'était bien parti !
 
Qu'en est-il de la comédie?
Pendant quelques années, j'ai mis mon rêve d'actrice de côté car la musique à prit toute mon attention. Mais j'ai repris, il y a une dizaine d'années les cours de comédie car si je devais avoir un regret un jour dans ma vie, c'est celui de ne jamais être montée sur une scène de théâtre. Il me reste encore des rêves à concrétiser et c‘ est ça qui est bon.
 
Tu as fait partie de la compagnie des Farfadais. Un monde qui réunit un peu toutes tes passions ?
Je fais toujours partie de la troupe. Cela fait 9 ans que nous travaillons ensemble et cela reste un rêve éveillé à chaque instant. Ils représentent mes rêves de petites filles, mes rêves de Madonna. C'est un spectacle hors-norme avec des mises en scènes magiques comme des ouvertures de spectacles à plus de 50 mètres de haut. J'aime travailler avec eux, j'en apprends un peu plus à chaque fois. C'est une chance de pouvoir faire partie d'un spectacle aussi grandiose que merveilleux. Ils créent sans cesse, ne s'arrête jamais. C'est un défi à relever à chaque spectacle. C'est un monde fantastique. Mon petit rêve à moi. J'ai eu la chance de faire partie d'autres projets faramineux comme la marque Boucheron dont je suis l'égérie vocale ou encore la maison Cartier.
 
Tu sembles être une artiste qui n'arrête jamais non plus ?

Je suis comme la plupart des artistes. J'ai des périodes où je travaille beaucoup et des creux. C'est le principe même de notre métier. Mais pendant les creux, il est vrai que nous en profitons généralement pour créer de nouvelles choses ou pour perfectionner notre art.
 
Ta volonté d'être Djette est née dans l'un de ces creux ?
C'est arrivé un peu par hasard. Ce projet n'est pas né d'une vocation mais plutôt d'un concours de circonstances. Ma mère tient une salle de réception et je l'entendais très souvent se plaindre de ses DJ'S. Pour répondre à ta question, oui c'était une période un peu creuse et c'est ce qui m'a permis de me consacrer entièrement à la formation de cette discipline. Je me suis mise à bosser toute seule dans mon coin pour me faire la main après dans les soirées que ma mère organisait. J'ai fait ça pendant 1 an. C'est un projet que j'ai gardé silencieux pendant tout ce temps-là. Mais j‘ai très vite constaté mes limites techniques et en tant que professionnelle de la musique et surtout en tant que passionnée, j‘ai vite compris que si je voulais trouvé ma place dans ce milieu et surtout trouver mon épanouissement artistique, il fallait que je passe à l‘étape supérieure. Je me suis donc formée à la DJ Eanov School pendant 3 mois, à raison de 5 jours par semaine et 8 heures par jours. J‘avoue qu‘après avoir été formée par le très talentueux DJ Hitch, ce qui au départ ressemblait à un concours de circonstance est devenu une vraie vocation.
 
C'est une formation qui a un prix je suppose ?

C'est assez couteux en effet et le matériel de DJ est un véritable investissement. Mais ce qui coute le plus cher, c'est la musique. J‘achète tout ce que je mixe. Je mets un point d'honneur à ne rien télécharger illégalement et je n'en suis pas peu fière car j'ai beaucoup de compliments quant au son que je passe. En tant que musicienne qui se respecte, ça ne pouvait pas en être autrement.

Qu'est-ce qui te plait dans le métier de DJ ?
C'est le plaisir de faire découvrir de la musique aux public.J'adore me faire shazamer, c'est un vrai compliment pour moi. Je passe des heures au casque lorsque je ne travaille pas à rechercher ce que j'appelle « des petites perles ». Je peux écouter de la musique pendant 4 heures pour ne sélectionner que deux titres. Mais qu'est-ce-que je suis contente quand je les trouve. Je n'ai qu'une hâte c'est de les jouer la date d' après.
 
C'était comme une évidence de devenir Djette ?
Cela renforce l'amour que j'ai pour la musique. C'est en y apportant le vocal, que tout est devenu limpide. Je suis en osmose dans ce nouvel art. Chanter et mixer est devenu naturel.
 
Te connais-tu de la concurrence dans le domaine ?
A ma connaissance, je ne crois pas qu'il y ait d'autre DJ-chanteuse. Et mon répertoire vocale est suffisamment original et personnalisé pour ne pas avoir de concurrente directe.

Quel est ton registre musical ?
J'ai une tendance électro. Mais je peaufine depuis 8 ans maintenant un registre qui je pense est uniquepuisque totalement cousu sur mesure. C'est du Trip Hop/lounge avec des covers détournés. Il y a beaucoup de versions uniques. Je passe énormément de temps en studio à créer mon répertoire chaque jour et ça me prend énormément de temps. Mais cela en vaut la peine, car j'ai de très bons retours de la part des professionnels avec qui je travaille. Car ma démarche artistique est souvent reconnue et c‘est mon plus beau cadeau.
  
C'est un travail de production que tu fais ?
Je préfère rester humble sur le sujet, car je ne reproduis pas tout non plus. Je ne suis pas une vraie instrumentiste.  Je ne travaille jamais de la même façon. Je peux faire du sampling, rechercher des mixes différents de la même chanson et j'essaie de les retravailler un peu au piano. C'est une façon de faire qui me colle à la peau et c'est ça est important. Et c'est en ça que c'est unique.
 
Ce n'est pas difficile de se renouveler avec le temps ?
C'est une des choses que je m'étais promise étant plus jeune. Ne jamais être blasée dans ce que je fais. Je me dois de protéger la flamme qu'il y a à l'intérieur de moi. J'aime trop mon métier et le plaisir qu'il me procure au quotidien pour me gâcher l'envie de monter sur scène. J‘ ai une chance infinie de faire le métier de mes rêves. Alors par respect pour lui, je me dois d‘être heureuse toujours et c'est pour cela que je multiplie les expériences et me renouvelle sans cesse.
  
Djette n'est pas une fin en soi donc ?
Il y a beaucoup d'autres choses qui m'attendent, mais après 18 ans de métiers, c'est comme un second souffle. J'ai un plaisir immense à monter sur scène.
 
Le personnage de Dita.B semble réunir toutes tes compétences ? Tu peaufines ton personnage jusqu'au bout des ongles !
Complètement. C'est une totale liberté d'expression. J'ai la liberté dans toutes les chansons que je chante. Je ne fais aucune concession dans mon répertoire et dans mon personnage. Je suis libre de tout. De la musique à l'apparence, Dita.B est libre comme l'air.
 
Le costume est important ?
Oui le costume pour moi est aussi important que la musique que je passe. Ca fait totalement partie du rêve, de mon rêve. Je trouve qu'on a une chance incroyable dans notre métier de pouvoir être sublimé avec du maquillage et des beaux costumes. Lorsque je suis Farfadette, c'est comme quand j'étais petite et que je me fabriquais des robes de princesse. J'ai toujours aimé me transformer. D' ailleurs, un des moments très important pour moi, c'est ce moment dans les loges ou je me maquille, c'est comme une méditation. J'aime ce moment de la transformation, lorsque je sors de ma loge et que les gens font "waouuuu ». Pour être honnête dans la vie de tous les jours, je ne suis jamais maquillé. A peine un peu de mascara si je vais au restaurant. Mais sur scène, j'use de tout ce que le make-up et les designers de mode peuvent créer de plus beau. C'est aussi important pour moi, qu'une belle lumière, qu'un bon son, qu'une belle scène. On est là pour faire rêver.
 
Où se produit Dita.B ?

Dans des évènements mondains, des évènements hauts de gammes et privés.
 
Le public pourra-t-il te découvrir un jour ?
C'est évidement le but, j'espère cette année pouvoir me produire dans des beaux lieux de la capital.
 
Te commercialiser ne semble pas être une priorité ?

Pour l'instant, je vais où le vent me porte. C'est à base d'opportunités, de rencontres. Commercialiser pour commercialiser quelque chose dont je ne saurais pas fière à 100% ne m'intéresse absolument pas. J'ai plus un projet musical pour Barbara (rires). Je travaille sur un album Trip Hop/acoustique. Mai faire de la musique c'est très compliqué et je fais partie de ces artistes qui ne sont pas prêts à faire de concessions.
 
Barbara et Dita.B se confondent ou ne se ressemblent vraiment pas ?
Je me pose la question parfois. Je n'ai jamais pensé prendre un pseudonyme avant, déjà parce que j'adore mon prénom. C'est vraiment quelque chose qui est né pour mon activité de Djette. Parfois, je ne sais plus trop comment me présenter car je suis l'une et l'autre. Est-ce que l'une prendra le dessus sur l'autre, je ne sais pas encore. Elles ne sont pas si éloignées que ça artistiquement parlant. Je sens que cela sera compliqué de faire un choix au moment voulu (rires).
 
Des projets pour Dita.B ?
Mon projet est surtout de sortir un ou plusieurs titres sous le nom de Dita.B.

Quelle est ta devise ?
Je nourris chaque jour mon imaginaire de belles images. Je rêvais petite d'être sur scène et aujourd'hui c'est chose fait. J'ai plus une philosophie de vie qu'une devise. Ma philosophie est celle de la loi de l'attraction. Je suis une grande phantasmeuse et j'envoie toute mes ondes positives à l'univers et il me le rend bien. On se fait tellement de bien à l'intérieur quand on rêve. C'est un travail à faire au quotidien. Alors ma devise serait « Rayonnons ». Un terme qui me touche beaucoup et qui vient d'un livre qui m'a énormément bouleversé, « Dialogue avec l'Ange ». La phrase exacte est « rayonnons toutes et tous et les ténèbres s'enfuiront ».

Comment te contacter ?
Via Facebook :  https://www.facebook.com/djditab?ref=hl
 
 

Le site officiel de Dita.B

http://www.djditab.com

 
Barbara dans les Farfadais

http://www.dailymotion.com/video/xeuqbu_barbara-et-les-farfadais_music

http://www.farfadais.com/newsite/index.php

 

myriam BRICKA